Habiter le Monde quand on est psychotique

Ce carnet, conçu comme un laboratoire, a vocation à soutenir la réflexion et l’écriture d’un projet de recherche en cours d’élaboration : celui de la construction d’une géographie des schizophrènes, non de la schizophrénie, dans une perspective à la fois sociale, politique et culturelle.

L’objectif du carnet est de faire état de mes lectures, de mes observations et des notes de recherche qui en sont issues (sous forme de work in progress) autour des champs impliqués par la problématique : géographie, anthropologie, psychiatrie, psychologie et psychanalyse.

Le carnet vise également à établir une veille critique en lien avec l’actualité sur la souffrance psychique au sens large observé sous un angle géographique et au regard de mes expériences professionnelles et personnelles.

Mon souhait est ainsi de rendre visible l’apport d’un questionnement géographique sur ces questions au-delà d’un regard médical orienté d’abord vers la prise en charge et le rétablissement. Dans le champ institutionnel classique, il n’existe que peu de lieux où échangent des équipes médicales avec des spécialistes des sciences humaines et sociales. Ce cloisonnement doit être dépassé mais les modalités de la recherche en médecine et en sciences sociales reposent sur des temporalités et des fondements épistémologiques différents. Nous espérons donc que ce carnet puisse constituer un lieu, un espace de diffusion, d’informations et d’échanges autour de ces questions relevant des Humanités médicales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.